Intifada ou Printemps Palestinien ?


Le traitement politique et médiatique du côté israélien comme palestinien évoque une « spirale de la violence  » et un « nouveau cycle de violence » …. Aucune analyse profonde. Juste une mise en temporalité de l’événement. Or, il ne s’agit pas de violence gratuite.

Révolte = absence de perspective d’avenir

Les jeunes palestiniens veulent se faire entendre… D’autant plus que l’autorité palestinienne est discréditée Les premiers auteurs des attaques (de 13 à 20 ans) n’ont pas connu les deux premières intifada (1987 et 2000) et ils ne veulent plus de compromis avec Israël. Deux décennies de négociations trompeuses de part et d’autre L’autorité palestinienne qui tente de justifier son existence pour exister par ces négociations Les responsables politiques israéliens qui cristallisent leur devenir politique (et eux aussi leur existence) sur l’affrontement permanent. Les deux responsables politiques (Netanyahou et Abbas) ne maîtrisent plus la situation.

Les israéliens et particulièrement Netanyahou ont été pris de court. Là aussi manque total de vision comme de réelle volonté politique de cesser la colonisation De plus la réponse sécuritaire du gouvernement israélien de tenter d’isoler les foyers et d’étouffement de résoudra rien sur le fond.

Est-ce une nouvelle intifada ?
Pas encore car ce mouvement est un mouvement de révolte spontanée dans lequel tant le Fatah que le Hamas sont dépassés Le saccage du tombeau de joseph n’est pas anodin puisqu’il avait déjà eut lieu il y a 15 ans exactement en octobre 2000 lors de la seconde intifada

Cette révolte est radicalement différente des deux précédentes De la aussi l’importance de vouloir la nommer « révolution ». Y compris pour faire de ce moment l’équivalent des révolutions arabes dites du printemps arabes…  Ce n’est pas rien et il faut l’intégrer sur le long terme !!  Si israel ne veut pas le comprendre cela sera plus violent encore… Les tensions montent aux extrêmes dans le long terme

Sans perspective de solution politique, les tensions actuelles vont exploser en une déflagration majeure pour les deux camps. Intifada ou pas il faut une solution politique.  Immédiatement une initiative du président israélien qui est respecté de part et d’autre et en parallèle la recherche d’un accord politique entre israélien et palestinien sur la question de Jérusalem avec médiation du Vatican

Publicités