XI JINPING : tenir la maison sur le fil du rasoir


Le Parti communiste chinois s’est donc prononcé en faveur de la levée de la limite constitutionnelle de deux mandats pour celui qui fait déjà figure d’hyper-président, Xi Jinping, âgé de 64 ans. La convocation du Comité Central est totalement inédite (troisième plenum en moins de deux mois) avec de nombreux changements constitutionnels prévus au-delà de cette réforme des mandats présidentiels. Nécessité pour Xi Jinping de montrer son pouvoir face à un Comité Central dans lequel il est certes majoritaire mais de manière limitée. Il y a des oppositions à Xi Jinping, notamment dans le cadre des « vieux » militaires.

Est-il en train de consolider son pouvoir du fait d’une très grande puissance face à des freins certains et des capacités à s’opposer à lui ; ou assiste-t-on à une tentative désespérée pour regrouper tous les pouvoirs afin d’y rester ?

Depuis fin 2012 et son arrivée à la tête du Parti Communiste Chinois (PCC), Xi Jinping a rencontré de nombreuses difficultés : il a dû créer différentes commissions au sein du Comité central pour reprendre les rênes, il a dû mener une campagne anti-corruption large (plus d’un million de personnes poursuivis et écartés) pour reprendre le contrôle de certaines directions du parti et de l’Etat, … Le chemin de Xi Jinping fut difficile et il rencontra beaucoup de résistance sur son parcours politique, non pas dans la société chinoise (même s’il existe de réelles interrogations politiques au sein de la jeunesse chinoise et des aspirations sociales fortes, volonté de richesse), mais de la part de groupes d’intérêts au sein du parti même. Pays immense avec des pouvoirs locaux pouvant être forts et en capacités de « freiner » les réformes en fonction de leurs intérêts personnels et locaux. Or, l’un des enjeux fondamentaux pour Xi Jinping (exprimé dans de nombreux discours et dans ces deux livres) et le maintien/survie du PCC (ne pas toucher trop au système politique chinois) alors même que son propre programme de réformes est extrêmement ambitieux.

Le message de Xi Jinping est donc aujourd’hui de poursuivre « jusqu’au bout » les réformes entreprises…à l’horizon de son 80éme anniversaire (2032/2033) ; le nombre de mandats étant vu comme un obstacle « artificiel » sur le chemin de la stabilité et grandeur chinoise. La Chine à le culte du long terme et de la stabilité par peur du chaos (cyclique dans son histoire -chaos qui amène les puissances étrangères) et de l’immobilisme.

La décision de levée la limite constitutionnelle de deux mandats accentue donc en Chine, comme dans d’autres pays (Russie, Turquie, Arabie Saoudite, etc., voire les Etats-Unis…) le système de l’homme fort (souvent providentiel), nouveau leader « mondial » (Xi Jinping, Trump, Erdogan, MBS, Poutine, … et Emmanuel Macron) avec une perte totale des valeurs occidentales (contre-pouvoirs, élections libres, système libéral, etc…). Différents pays, dont la Chine, proclament haut et forts, ne pas vouloir devenir un pays « occidental » tout en favorisant chacun leur propre prosélytisme.

La Chine, toujours comme d’autres pays (Etats-Unis, Russie, Turquie, Iran, Arabie Saoudite, Grande-Bretagne, etc..), se cherche donc un nouveau modèle (à rapprocher du monde anglo-saxon qui avec le Brexit et l’élection de Trump fait sécession et rompt avec le modèle anglo-saxon originel). Déjà dit, mais répétons-le, ce que nous nommons pudiquement régime autoritaire aujourd’hui, nous risquons de le nommer bonne gouvernance demain…

Xi Jinping et ses proches conseillers sont (à raison) dans une conscience de crise. Ils sont persuadés, et Xi Jinping le premier, que la Chine rentre dans un contexte de crise ; conscience de l’entrée de la Chine et du monde dans une zone de turbulence existentielle.

A l’intérieur, car le pays nécessite des réformes difficiles (mise sous tutelle de différentes entreprises financières et industrielles, dettes des gouvernements locaux, entreprises d’Etat, etc…). Volonté établie de transformer radicalement l’économie du pays (PIB par habitant qui place la Chine au 70éme rang mondial alors que la Chine est la seconde économie mondiale), nécessité d’augmenter significativement la productivité (qui assure la hausse du niveau de vie) face à un net ralentissement de la croissance structurelle, en contrepoint des automatiques augmentation/levée de capital (la dette des entreprises privées en Chine atteint aujourd’hui les 200% du PIB) pour assurer la stabilité sociale interne. Le défi est donc de « nourrir » les espoirs de la jeunesse (niveau de vie avec une sortie de la pauvreté de près de 600 millions de chinois) face à la difficulté de « délivrer » l’économie (en arrêtant les injonctions massives de capital. De là, toujours aussi un besoin du monde extérieur (technologies – la moitié de l’investissement privé va à des innovations de rupture) et des Etats-Unis. Effets structurels et effets temporels s’affrontent et se renforcent paradoxalement.

Les dirigeants chinois sont pour autant relativement confiants dans la réussite de leur pays, comme de leur régime et système politique. Le déterminant, sont les réformes actuellement menées dans le domaine financier et industriel.

A l’extérieur, car la situation géopolitique change, tout particulièrement avec les Etats-Unis. Mondialisation qui n’est plus dirigée, tensions géopolitiques fortes… Ajoutons Taiwan (ambition personnelle de Xi Jinping de réunir les deux Chines), la Corée du Nord, les Paracels, Spratleys et Senkaku/Diaoyu, la nouvelle route de la soie (1 000 milliards de dollars d’investissement avec une vision 2049 !), la projection vers l’Afrique et l’Amérique Latine, réaction face à la projection des Etats-Unis vers l’Asie, lecture géostratégique face au Japon, à l’Australie, etc…

Conscience de crise toujours… Le contexte international est celui de crises à venir dans lesquels se cristallisent aussi la volonté d’affirmer le leadership chinois, dans une vraie stratégie, celle du long terme. Il est vrai que la lecture politique française se focalise et se projette dans un horizon de temps de 5 ans… Plus encore, nous (Européens et particulièrement les Français) sommes dans l’idéologie avec les Chinois à défaut d’être dans le pragmatisme (nos projets, nos règles, nos intérêts).

Mais en parallèle, pour la Chine, peur ou crainte d’étendre trop ses ambitions face à sa réalité géostratégique (monde multipolaire avec une logique multilatérale – « la communauté de destin de l’humanité »- remise en cause par la vision américaine d’un monde hétéropolaire avec des logiques bilatérales) dans une aspiration à un co-leadership mondial avec les Etats-Unis. Et nous ? La Chine ne « connaît » pas l’Union Européenne qu’elle restreint dans un cadre uniquement bilatéral.

Les Chinois veulent « redessiner » leur monde et le monde. Et les dirigeants chinois ont besoin de temps pour mener leurs réformes (en Chine, comme ailleurs, notamment en France), et ce dans une période de cristallisation géopolitique…

Besoin de temps, besoin d’autorité. Sorte de marche sur le fil du rasoir.

Publicités

Une réflexion sur “XI JINPING : tenir la maison sur le fil du rasoir

  1. Thierry d'Arbonneau dit :

    L’Europe est toujours bien morcelée face à ces grands états puissances dont on nous avait prédit la disparition sous l’effet de la mondialisation. Ah ?

Les commentaires sont fermés.