Retours sur les attentats de Bruxelles


Nous sommes dans le brouillard. Il n’y a plus aujourd’hui au niveau de notre exécutif et des services qui le représentent de compréhension stratégique de la menace djihadiste.

Ce brouillard est accentué à la fois par le « bruit » assourdissant des pseudos experts (Président de tel observatoire ou de tel institut, dont ils sont le seul membre et qui ne produisent rien d’autre que leur propre parole se contredisant chaque jour…) et par le pouvoir politique (majorité comme opposition) qui à chaque nouvelle attaque et nouvel attentat tente de nous « bricoler » une nouvelle mesure sortie d’une boîte à idées à l’évidence trouée… Quand la panique côtoie la stupidité et l’indécence.

Avant de donner des réponses, il conviendrait de se poser les (bonnes) questions (gênantes). Je n’en ferai pas ici la liste, par pudeur mais aussi par lassitude… Je me contenterai de redire une nouvelle et énième fois, qu’il nous faut d’abord impérativement comprendre la menace et ne pas refuser la recherche de cette compréhension (PM) sous des prétextes fallacieux.

Ensuite ne pas craindre la réalité. Dès lors, ne pas tomber ni dans le déni (dormez tranquille braves gens tout va bien, aucune faille – ou nouvelle formule : la cellule est quasiment détruite), ni dans les postures martiales (la guerre, la guerre, la guerre), ni dans l’exploitation des peurs (tremblez pauvres gens, la menace est chaque jour plus grande et imminente). Être dans la mesure et la maîtrise ; dans la prudence de l’analyse froide, qui permettra de faire face au défi posé.

Les attentats de Bruxelles ne sont pas une vengeance de l’arrestation d’Abdelslam, mais l’arrestation d’Abdelslam a précipité l’action. Les attentats de Bruxelles sont donc précipités mais tout autant planifiés et coordonnés ; même si le ciblage peut avoir été modifié dans la précipitation et ne correspondrait pas au ciblage initial.

Réelle capacité d’anticipation / planification des cellules terroristes. Affirmation d’une capacité de frappe de l’EI avec une latitude donnée aux cellules. Capacité à monter des équipes sur le sol européen. En parallèle, à titre d’information, les retours de djihadistes sur territoire UE ont fortement augmenté.

Le volet extérieur (les attentats hors son territoire socle) de l’EI n’a aucun lien avec le volet intérieur (Syrie/Irak). Les deux volets sont déconnectés militairement. Malgré ce qui est dit et affirmé par les uns et les autres, à mon sens, les attentats (Paris et Bruxelles) ne signifient absolument pas un affaiblissement de l’EI sur son volet intérieur.

Arrêtons de les prendre pour des fous furieux, le djihadisme a un sens pour ceux qui l’adoptent. La solution est politique (offre/projet/vision politique) et géopolitique. Ils ne combattent pas prioritairement nos valeurs, mais se battent pour un avenir. Pas de formule magique du djihadisme, comme pas de profil type du djihadiste. C’est un parcours personnel. A la fois au départ et au retour. Alors forcément, cela complique et cela rebute certains de chercher à comprendre…

Garder la tête froide et mesurons nos propos comme nos actes. Frapper en Libye, en Syrie, en Irak ne réduira pas la menace. Stopper nos frappes en Irak et en Syrie, stopper nos actions ailleurs n’empêcheront pas de nouveaux attentats. EI a décidé d’exporter son combat. Les équipes sont constituées en Europe et frappent chez nous.

Il faut donc s’attendre à d’autres attentats opportunistes. Si nous parlons uniquement de EI, nous faisons face à un proto-état qui utilise le terrorisme comme moyen d’action parmi d’autres moyens, et qui a structuré sur notre territoire européen son action lui permettant de passer à l’offensive et de prendre l’initiative. Il nous faut être résilient face à une stratégie de harcèlement (stratégie différente d’Al-Qaeda qui était dans le symbolisme). Notons toutefois à la fois un émiettement extérieur et un développement de « franchisés » à l’instar d’Al-Qaeda.

Mais, un changement d’échelle dans l’action terroriste s’est opéré : nous n’avons pas un seul ennemi face à nous mais une multitude. Comprendre aussi que nous ne sommes pas en guerre. Un discours martial ne change pas la réalité. Seule l’intelligence le peut…

Advertisements

Une réflexion sur “Retours sur les attentats de Bruxelles

  1. ciralda dit :

    Comprendre l’adversaire, ne pas le sous-estimer, ne pas le simplifier dans l’invective, et lutter par le renseignement, denrée si difficile à partager. Le succès sera au bout du chemin.

Les commentaires sont fermés.