Panique à bord….mais tout va bien !


Crise morale, crise politique. Mélange des genres et des termes. Mélange des sens. Tout dire et tout mélanger.
Il ne s’agira pas ici de porter un jugement politique sur l’affaire Cahuzac et les suites, mais de tenter d’analyser les conséquences immédiates et leurs portées géopolitiques…
Première conséquence immédiate et à portée internationale : s’agit-il de mensonge ou d’ignorance ? Autrement dit, quelle image de la France dans le monde, et plus encore, quelle voix (quel poids) de la France dans le monde ? Le fameux « cocu » de Molière peut-il être crédible sur la scène internationale ? Ainsi, l’exécutif Français est-il encore crédible lorsqu’il prétend pouvoir impulser un mouvement différent au sein de l’Union européenne ? La crédibilité de l’exécutif certes est mise en cause, mais désormais bien au-delà, la crédibilité de la France.
Seconde conséquence, l’instauration d’un doute. Doutes sur les capacités de l’exécutif, doutes sur la classe politique, doutes sur leurs propos et plus encore, non pas doute sur l’honnêteté des élus, mais doutes sur la sincérité de leurs actions et doutes sur leurs possibilités d’actions…L’action politique est donc remise en cause.
Mais il faut aussi comprendre l’environnement « stratégique » dans lequel cette affaire se déroule : celui d’une crise économique importante, 8 millions de personnes ont une vie précaire, 3 millions de chômeurs… des personnes n’arrivent plus à finir leurs fins de mois et constituent autant de réels populistes, c’est-à-dire en réalité des gens qui n’ont plus confiance dans la possibilité de s’en sortir… Dès lors est-ce une faute personnelle ? Le système, l’écosystème politique est en cause pour l’ensemble des Français.
Troisième conséquence donc, celle de la colère. Réactions de dégoût, de rejet. Sourde colère. Nous pourrions assister à des expressions violentes de mécontentement populaire, bien au-delà d’un simple vote de contestation…
A quoi assistons-nous en réalité ? A une décomposition de la sphère politique… La parole politique, de cet exécutif, comme d’autres responsables politiques y compris de l’opposition, cette parole politique n’est plus crédible ; d’autant plus qu’elle ne cesse de dire qu’elle est ignorante… Seules, aujourd’hui, les institutions de la Vème République nous préserve de la crise de régime. Or, les réponses proposées sont politiques, oubliant que l’on ne peut résoudre une crise morale avec des solutions politiques…

Publicités

Une réflexion sur “Panique à bord….mais tout va bien !

  1. ciralda dit :

    Le soleil du printemps qui se présente enfin serait-il la seule bonne nouvelle du jour ? Le comportement totalitaire de la majorité parlementaire qui se détourne des questions les plus âpres comme le chômage pour se protéger derrière des débats qui exaspèrent et divisent, qui refuse par dogme les dispositions qui pourraient redonner le goût d’entreprendre, qui stigmatise au lieu de réconforter, etc… bref qui récoltera ce qu’elle sème : la tempête.

Les commentaires sont fermés.