Impensables certitudes


L’Euro est sauvé, l’Euro est irréversible… Il est désormais impensable d’envisager la fin de l’euro…c’est une certitude…
Que de titres flatteurs et de commentaires avisés d’experts médiatiques et médiatisés… Oui, la décision de la BCE est à la fois exceptionnelle (nous l’avions annoncée dès mai 2012) et courageuse. Mais, non, l’euro n’est pas sauvé. Non l’euro n’est pas une autoroute sans sortie, l’euro n’est pas irréversible. Juste du temps. Du temps acheté (à nouveau) pour que des décisions et actions qui auraient dû être prises et entreprises dès 1992, puis dès 2002, soient désormais effectives !
Oui, les dirigeants allemands ne veulent pas être ceux par qui l’euro est tombé. Oui, les dirigeants européens dans leur ensemble veulent éviter un éclatement de la zone. Mais les peuples et dirigeants européens accepteront-ils de faire les efforts demandés en échange de la décision de la BCE ? Et, dans la négative, l’opinion allemande soutiendra-t-elle ses actuels responsables politiques ? Plus globalement, les opinions publiques européennes resteront-elles attachées à l’Union politique ? Et, là aussi dans la négative, n’allons-nous pas assister à une déconstruction nationale de l’union européenne, politique comme économique ?
Parallèlement, n’assistons-nous pas à la mise en place d’un mécanisme pernicieux de fuite en avant : mettre toujours plus de moyens pour ne pas reconnaître une erreur et donc amplifier, in fine, les pertes… ce que certains nomment le dilemme du prisonnier…
Autre interrogation, le sentiment d’appartenance à un ensemble commun (européen) s’il existe, ne modifie en rien l’appartenance à une identité percevant l’autre comme étranger et l’étranger, fut-il notre voisin européen, comme un danger… Enfin, une interrogation sur laquelle je reviendrai prochainement, n’y-a-t-il pas aujourd’hui en Europe (Union européenne), voir ailleurs (Etats-Unis notamment) une dérive politico-économique induisant un risque sur les systèmes démocratiques ?
Beaucoup d’interrogations donc. Beaucoup trop et de trop grandes importances pour des certitudes…impensables !
Et, ces impensables certitudes touchent les sujets les plus essentiels à une Nation. Ainsi, Hubert Védrine, ancien Ministre des Affaires Etrangères Françaises affirmant la semaine dernière que la guerre est désormais impensable pour les 50 ans à venir sur le continent européen !
L’impensable n’est pas seulement probable, il est toujours possible. De fait, comme le disait Pierre DAC : « il ne faut pas se fier aux choses qui ne peuvent pas arriver, car c’est justement celles-là qui arrivent… ».

Publicités

Une réflexion sur “Impensables certitudes

  1. ciralda dit :

    Qui fait quoi, et quelles seront les conséquences de l’entrée de la BCE sur le terrain du MES ?

Les commentaires sont fermés.